Activités possibles

Conçu pour la détente, le parc de la Francophonie est le théâtre, pendant l’été, de plusieurs manifestations culturelles. Un sentier traverse le parc en diagonale, reliant ainsi les édifices G et H. Les plantations de conifères localisées dans l’axe nord-ouest ont la fonction d’un brise-vent et d’une arrière-scène verte pour les spectacles. Le parc compte des arbres matures, une fontaine, le pigeonnier, un arrêt d’autobus et des cabines téléphoniques. 

Hommage à la francophonie

Conçu par John Schreiber, le plan original du parc date de 1972, mais il a été aménagé en 1974 afin de créer un lien entre les édifices G et H. Le parc de la Francophonie constitue un vestige du remembrement immobilier entrepris entre 1961 et 1974 en vue de construire des édifices gouvernementaux sur la colline Parlementaire.

D’abord appelé parc Grande Allée, il fut rebaptisé le 21 mars 1995 parc de la Francophonie pour  rappeler le 25e anniversaire de l’Agence de coopération culturelle et technique des pays ayant le français en partage, aujourd’hui l’Organisation internationale de la Francophonie.

En 1996, la gestion du parc a été confiée à la Commission de la capitale nationale du Québec qui, préoccupée par la mise en valeur de ce site central dans la trame urbaine de la colline Parlementaire, a entrepris un travail de réflexion visant la bonification du site. 

  • Un panneau présente une carte où sont représentés les États, les gouvernements membres et les pays observateurs qui se rassemblent sous la bannière de la Francophonie.
  • Le pigeonnier, qui a longtemps donné son nom à l’espace, est le point central du parc.
  • Un bassin agrémenté d’une fontaine produisant un fond sonore qui fait oublier les bruits de la rue.

La topographie du site est celle d’un amphithéâtre naturel mettant en valeur le bassin et la fontaine. Chaque été, ce site accueille une scène du Festival d’été de Québec.

Près de l’entrée sud-est du parc donnant sur l’avenue Grande Allée, est aménagé le monument Camille-Laurin, rendant hommage au père de la Charte de la langue française.

© CCNQ, Patricia Brochu
Avec l'arrivée des beaux jours, le parc de la Francophonie accueille les travailleurs de la colline Parlementaire sur l'heure du lunch. © CCNQ, Anne-Marie Gauthier
© CCNQ, Annabelle Nadeau-Gagné
© CCNQ, Annabelle Nadeau-Gagné
© CCNQ, Annabelle Nadeau-Gagné