Parcs

Parc du Bois-de-Coulonge

CCNQ, Anne-Marie Gauthier

L'histoire du parc du Bois-de-Coulonge

UN PARC PUBLIC

Accessible au public depuis les années 1970, le parc du Bois-de-Coulonge est l'héritage des Québécoises et des Québécois. Depuis 1983, sa vocation est celle d'un parc public d'intérêt régional voué à des activités de détente. Il constitue un grand domaine naturel où les promeneurs ont l'agréable surprise de découvrir, en pleine ville, de magnifiques espaces boisés entrecoupés d'aires gazonnées et d'importants aménagements horticoles ainsi que plusieurs bâtiments anciens témoignant d'un riche passé.

Les origines du parc du Bois-de-Coulonge

Érigée en fief de dignité le 9 avril 1657 à la faveur du gouverneur Louis d'Aileboust, la châtellenie de Coulonge est la seule châtellenie concédée en Nouvelle-France. Elle est composée du regroupement entre 1649 et 1653 de plusieurs terres de Sillery, en banlieue de Québec. Le Séminaire de Québec acquiert le fief de Coulonge le 12 mai 1676 et le conserve, pratiquement inchangé, pendant près de cent ans. Après la Conquête, il est morcelé à quelques reprises et ses grèves sont louées à des marchands de bois d'origine britannique.

En 1780, la partie nord de la châtellenie est achetée par le major Samuel Holland tandis que la partie sud-est est acquise par le général Henry Watson Powell. Celui-ci nomme son domaine Powell Place et s'y fait construire une somptueuse résidence d'été de style palladien. Le domaine passe aux mains du constructeur Patrick Beatson puis du parfumeur François Le Houiller. Le gouverneur James Craig loue Powell Place de 1807 à 1811.

Michael Henry Perceval achète la propriété en 1811 et la renomme Spencer Wood en l'honneur de son oncle, le premier ministre britannique Spencer Perceval. Ses héritiers revendent le domaine au marchand de bois Henry Atkinson en 1835. Celui-ci entreprend son réaménagement avec le jardinier Peter Lowe, qu'il fait venir d'Écosse. Une deuxième villa, Spencer Grange, est construite en 1844. Un petit cottage servant de résidence d'été est aussi construit en 1849. Spencer Cottage est aujourd'hui connu sous le nom de villa Bagatelle.

Henry Atkinson vend la partie est de son domaine au gouvernement canadien en 1854, afin d'y loger le gouverneur général du Canada-Uni. Trois gouverneurs généraux puis vingt-et-un lieutenants-gouverneurs du Québec s'y succèdent.

En 1950, l'Assemblée législative de la province de Québec adopte à l'unanimité un projet de loi visant à rappeler l'héritage français de Spencer Wood en le renommant Bois de Coulonge.

Le 21 février 1966, la villa du Bois de Coulonge est rasée par un incendie qui fait pour seule victime le lieutenant-gouverneur Paul Comtois. La villa n'est pas reconstruite, et le site devient graduellement un parc public.

Son acquisition en 1985 par la Société immobilière du Québec permet de redonner vie aux aménagements du parc.

Depuis 1996, la gestion et la mise en valeur du parc du Bois-de-Coulonge sont assurées par la Commission de la capitale nationale du Québec.