Une œuvre de Lewis Pagé sur la promenade Samuel-De Champlain - Appalaches enrichit l'art dans la capitale


Québec, le jeudi 21 octobre 2010 - M. François Pagé, frère du regretté sculpteur Lewis Pagé, et M. Jacques Langlois, président et directeur général de la Commission de la capitale nationale du Québec, ont dévoilé aujourd'hui une sculpture monumentale d'aluminium réalisée par l'artiste en 1977. Installée entre les quais des Flots et des Hommes de la promenade Samuel-De Champlain, cette œuvre vient enrichir l'exceptionnel parc d'œuvres d'art contemporain de la station des Quais.

Intitulée Appalaches, l'œuvre de 13 mètres d'envergure évoque les montagnes du même nom qui entourent le lieu où créait l'artiste. « C'est au cours des dernières années de sa vie, tapi dans un atelier d'art offrant une vue imprenable sur la forêt habitée des Appalaches, que Lewis Pagé a produit ses œuvres les plus originales, les plus attachantes et les plus empreintes de la folie créatrice inspirée de la vie rurale quotidienne et de la riche nature environnante », a expliqué Anne-Marie Simard-Pagé, fille de l'artiste.

Lewis Pagé a consacré 45 années de sa vie à la sculpture. De 1963 - les 12 chapiteaux historiés de la basilique Sainte-Anne-de-Beaupré - à 2010 - le dévoilement de l'œuvre Appalaches sur la promenade Samuel-De Champlain - en passant par l'année 1970 - à Osaka pour sa Famille assise choisie par le Québec lors de l'Exposition universelle -, un grand nombre d'œuvres signées Pagé marquent l'espace urbain, dans la capitale nationale et ailleurs dans le monde. Certaines pièces sont familières des Québécois, dont la Dispute philosophique située sur le terrain du Grand Théâtre de Québec, le buste Louis-Hémon à Péribonka et la Marie-Immaculée sur la falaise à Sillery.

Le programme d'installation d'œuvres d'art contemporain parrainé par la Commission de la capitale nationale du Québec a d'ailleurs permis, depuis 2008, d'ajouter un volet culturel exceptionnel à la station des Quais, située entre la côte de Sillery et la côte à Gignac.

Outre Appalaches, les chambres d'art de la promenade Samuel-De Champlain accueillent en effet pas moins de sept autres œuvres marquantes d'artistes contemporains. Il s'agit de Convergence, de Jean-Pierre Morin, de Plonger, d'Hélène Rochette, de Latitude 51° 27' 50'' - Longitude 57° 16' 12'', de Pierre Bourgault, de Là où la terre fait danser les mats, d'Yves Gendreau, de Structures de vent, de Daoust-Lestage, de Nos regards se tournent vers la lumière, de Roland Poulin, et du prototype d'Éolienne V, de Charles Daudelin.

Plus à l'ouest, la station des Cageux accueille également une œuvre d'art. Une sculpture en bronze de Suzanne Gravel, intitulée Le 3 juillet 1808 sur le Saint-Laurent, y est installée à l'ouest du pavillon des Cageux, au pied de la côte Ross.

Créée en 1995 par l'Assemble nationale, la Commission de la capitale nationale du Québec s'acquitte d'une triple mission à l'égard de la capitale : contribuer à son aménagement et à son embellissement, en faire la promotion, par un programme varié d'activités de découverte et de commémoration, et conseiller le gouvernement du Québec sur la mise en valeur de son statut.

- 30 -

Source :

Denis Angers
Commission de la capitale nationale du Québec
Tél. : 418 528-0773
Courriel : denis.angers@capitale.gouv.qc.ca