Envol de la Fresque historique de L'Ange-Gardien


L'Ange-Gardien, 13 juin 2011 - C'est avec émerveillement, enthousiasme et fierté que les élèves de l'école primaire du Petit-Prince ont dévoilé, aujourd'hui, la « Fresque de L'Ange-Gardien », avec leurs complices de Murale Création.

En présence de M. Raymond Bernier, député de Montmorency et de M. Jean-Marc Laflamme, président de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, M. Pierre Lefrançois, maire de L'Ange-Gardien et préfet de la Côte-de-Beaupré, M. Jacques Langlois, président et directeur général de la  Commission de la capitale nationale du Québec, et M. Michel Poulin, président de la Caisse Desjardins du Petit-Pré ont inauguré aujourd'hui le projet sous l'œil attentif de Mme Marthe Rivard, directrice de l'école primaire du Petit-Prince.

 «La Commission de la capitale nationale est fière de participer à la réalisation de la troisième fresque de la Côte-de Beaupré. Nous y sommes d'ailleurs associés à nombre de réalisations dont la mise en lumière de la Chute Montmorency, l'ouvrage Regard sur la Cote des beaux prés et la mise en valeur du littoral par l'aménagement de sept haltes, » a rappelé M. Jacques Langlois.

La « Fresque de L'Ange-Gardien » témoigne d'une collaboration exceptionnelle entre les peintres de Murale Création, auteurs de l'œuvre, et tous les élèves de l'école qui ont été associés à l'ensemble de la démarche de conception et de réalisation en contribuant au dessin de la maquette et en participant à la peinture de certaines parties de l'œuvre. La fresque a d'abord été peinte en atelier, sur panneaux de bois marin, puis installée sur le mur ouest de l'école.

Les éléments du contenu historique de la fresque, issus des 350 ans de la municipalité, ont été définis par un comité-thématique, composé de Michel Laberge, Raymond-Marie Bouchard, Lise Buteau, Jacques Blais, Hélène Jean, Michel Poulin et Chantale Gagnon.

Identitaire, contemporaine et didactique à la fois, la « Fresque de L'Ange-Gardien » a contribué, chez les jeunes, au développement d'un fort sentiment d'appartenance à leur milieu, tout en suscitant émotion et fierté chez les résidents.

Murale Création est fière de présenter cette 3e œuvre du Circuit des fresques de la Côte-de-Beaupré. Avec celles de Beaupré et de Sainte-Anne-de-Beaupré, elle participe ainsi à l'émancipation culturelle et à l'offre touristique de la région. Située à l'Ange-Gardien depuis 2007, Murale Création a acquis depuis douze ans une expertise unique dans le domaine de la peinture murale monumentale, concrétisée par une quarantaine d'œuvres au Québec.

Le coût du projet de la « Fresque de L'Ange-Gardien » est de 60 000 $. Sa réalisation a été rendue possible grâce aux coproducteurs la Commission scolaire des Premières-Seigneuries et la Municipalité de L'Ange-Gardien en partenariat avec de la Commission de la capitale nationale du Québec et Desjardins Caisse du Petit-Pré ainsi qu'avec la participation financière de plusieurs autres donateurs.

Le concept de la Fresque de L'Ange-Gardien

La  Fresque de L'Ange-Gardien se déploie sur une portion de la façade ainsi que sur les murs ouest de l'école du Petit-Prince, dans un concept de carreaux en mouvement, faisant référence aux jeux d'enfants.

De gauche à droite, les quatre saisons y sont représentées en commençant et en se terminant avec le printemps.

Un premier tableau, peint en trompe-l'œil sous forme de bibliothèque, expose des objets représentatifs de personnages et d'événements importants.  La chasuble et les livres anciens représentent la fuite du Curé Parent avec la population lors de l'invasion des anglais en 1959, apportant avec lui les ornements sacerdotaux et les registres. Un calice réfère au trésor récupéré de L'Ange-Gardien. Une carte du territoire de 1683 intègre les noms des familles souches.  Des figurines de plomb font références au mariage d'un soldat anglais et d'une angeloise lors de l'occupation anglaise en 1757. On retrouve des livres historiques d'auteurs gardangeois, dont Les terres de l'Ange-Gardien écrit par M. Raymond Gariépy, Messire Gaspard Dufournel , de Pierre-Lionnel Laberge, L'histoire de la paroisse de L'Ange-Gardien par L'Abbé Casgrain et Mgr de Laval-Seigneur de la Côte-de-Beaupré, écrit par l'Abbé Gosselin. On peut également apercevoir, à côté d'une photo encadrée de Louis Richard, devant son château, les livres de L'Industrie de la Chaux en L'Ange-Gardien de 1674 à 1697, par Robert de Laberge et du Petit-Prince d'Antoine-de-Saint-Exupéry. Une deuxième photo rappelle les cabines louées aux touristes américains en villégiature. Un clin d'œil est fait à la spécificité agricole régionale par la représentation des fruits et légumes du début de la colonisation : pomme, carottes, navets, chou, maïs, quelques épis de lin et de blé.

Le grand tableau, peint de manière réaliste, présente le village de L'Ange-Gardien au milieu du 19e siècle. Inspirée d'une aquarelle de James Pattison Cockburn, cette scène bucolique montre l'avenue Royale au printemps, un semeur et sa herse, un agriculteur avec son cheval et sa charrette, la première église, la salle paroissiale, le premier presbytère, des champs en friche, des vaches, des habitations, des habitants, des religieux, le fleuve, l'île d'Orléans et des oies des neiges qui montent vers le nord.

En bas, à la droite de ce grand tableau fractionné en carreaux qui s'envolent, on retrouve sous forme de babillard peint en trompe-l'œil, la signature de l'œuvre avec tous les noms des producteurs, auteurs, collaborateurs et des précieux  partenaires financiers.

Sur le mur au dessus de l'entrée du service de garde, deux tableaux sont peints à la manière de photos anciennes colorisées. Scènes typiques du début du siècle, on y aperçoit le terrain de jeux et l'arrivée du train à la gare de L'Ange-Gardien ainsi que les artisanes locale fabricant des tapis et les exposant sur leurs galeries pour les vendre aux touristes américains.

Sur la droite du mur ouest et sur une partie de la façade, neuf tableaux, peints par tous les élèves, les enseignants et le personnel de l'école, lors d'ateliers de peinture animés par Murale Création témoignent de la pêche à l'anguille et à l'esturgeon sur le fleuve, des fermes laitières, de l'agriculture, des vergers, de la coupe du bois, du train, de la forêt, de la pêche sur la glace et de la faune marine, du pont de glace et du temps des sucres. Et sur le dernier tableau encadré de rouge, on aperçoit le Petit-Prince qui apprivoise le renard, symbolique de l'amitié.

- 30 -

Source :        
Marie-Chantal Lachance, Murale Création
http://www.muralecreation.com/ / mc@muralecreation.com
Atelier : 418 822-3004 / Cellulaire : 418 933-4443