Dévoilement d'une plaque commémorative en l'honneur de Michel Sarrazin

Québec, le 29 septembre 2009 - La Ville de Québec et la Commission de la capitale nationale ont dévoilé aujourd'hui une plaque commémorative en l'honneur de Michel Sarrazin, médecin, chirurgien et naturaliste. Cette plaque sera installée au Centre hospitalier universitaire de Québec, sur la façade de L'Hôtel-Dieu de Québec. Ce geste de commémoration vient souligner la contribution exceptionnelle de Michel Sarrazin à l'avancée de la médecine, en particulier au traitement du cancer, et au développement de la botanique en Amérique du Nord.

« Il était très important pour la Ville de Québec de poser un geste concret pour rappeler à la population l'héritage extraordinaire que nous a laissé ce grand homme », a souligné Mme Lisette Lepage, conseillère municipale qui représentait le maire Labeaume pour l'occasion.

« Ce geste de mémoire envers Michel Sarrazin s'inscrit dans la cadre de l'entente de commémoration liant la Commission à la Ville, une entente qui a permis à notre ville de s'enrichir ces dernières années d'une douzaine de monuments et de plaques diverses qui permettent aux Québécois et à leurs visiteurs de découvrir, au fil de leur promenade, des gens et des événements qui ont construit notre société », a ajouté M. Jacques Langlois, directeur général de la Commission de la capitale nationale.

« C'est une occasion de reconnaître à travers l'oeuvre de Michel Sarrazin, le travail des médecins de L'Hôtel-Dieu de Québec auprès de la clientèle atteinte de cancer et de celle qui requiert des soins de fin de vie », s'est réjouie Mme Gertrude Bourdon, directrice générale du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ).

Michel Sarrazin, une vie au service des malades

La vocation de Michel Sarrazin auprès des malades s'est affirmée tout au long de sa vie. Arrivé en Nouvelle-France en 1685 où il décide de s'installer, il est le premier médecin diplômé à pratiquer la chirurgie en Amérique du Nord. Médecin du Roi et Correspondant de l'Académie des sciences de Paris, il a ouvert la voie à d'autres médecins de la Nouvelle-France et ses succès médicaux, parfois sans précédent, ont fait de lui un modèle pour les générations qui l'ont suivi.

En 1700, ce chirurgien aux méthodes novatrices pratiqua une mastectomie sur une religieuse de la Congrégation de Notre-Dame, une opération couronnée de succès qui permit à la patiente de vivre encore 39 ans. Sarrazin répétera l'exploit auprès de plusieurs autres religieuses aux prises avec un cancer du sein.

En tant que naturaliste, il a largement contribué à la composition de l'herbier propre à la Nouvelle-France et à la découverte de nombreux végétaux typiques. L'Académie des sciences de Paris nomma en son honneur une plante qui porte son nom, la Sarracénie pourpre.

Reconnaissance tardive

Malgré l'importance de ses travaux et leur rayonnement à son époque, Michel Sarrazin tomba dans l'oubli et ne fut redécouvert qu'au début du XXe siècle. L'ouverture de la Maison Michel-Sarrazin, dont la mission est de supporter les malades du cancer et leur famille, a remis son nom à l'ordre du jour. Aujourd'hui, au Québec, le traitement du cancer et le soutien aux malades sont étroitement associés au médecin et chirurgien, Michel Sarrazin.

- 30 -

Source :
Mireille Plamondon
Service des communications, Ville de Québec 
418 641-6210