Actualités

Un grand chantier pour consolider les Nouvelles-Casernes

Anne-Marie Gauthier

Coordonnatrice aux communications et relations publiques

24 avril 2018

Les nouvelles-casernes : Veiller à la stabilisation de cet ensemble bâti érigé il y a plus de 260 ans

Les Nouvelles-Casernes, vous connaissez? Ce long bâtiment de 160 mètres par environ 10 mètres a été construit entre 1749 et 1752 pour loger des soldats et les services auxiliaires de l’armée, selon les plans de l’ingénieur militaire Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry. Intégré aux fortifications du Vieux-Québec, près du parc de l'Artillerie, ce bâtiment témoigne de la riche histoire militaire de la capitale et constitue un bien commun patrimonial à préserver.

C’est la Commission de la capitale nationale du Québec qui a obtenu le mandat du gouvernement du Québec de consolider cet ensemble bâti en réalisant des travaux pour stabiliser les Nouvelles-Casernes, avec un budget global de 20 M$. Les traces du temps, plusieurs incendies et des décennies d’inoccupation ont grandement altéré le bâtiment.

Après une planification rigoureuse et la réalisation de travaux préparatoires – documentation du dossier, élaboration du plan de conservation avec le ministère de la Culture et des Communications (MCC), inventaire et étude de potentiel archéologique, relevés et analyses, élaboration des plans et devis, travaux d’urgence et préparation du chantier – la principale étape des travaux de stabilisation a débuté à la fin de mars 2018.

CONSOLIDATION des nouvelles-Casernes : Phase 1

Dans un premier temps, nous nous concentrons sur les blocs 1 à 3 situés à l’extrémité ouest du bâtiment, ceux-ci ayant conservé le plus d’éléments architecturaux du Régime français. Le démantèlement de la maçonnerie extérieure est en cours et plusieurs réparations sont à faire pour solidifier et rendre les murs étanches, les pierres s’étant affaissées, effritées et fissurées avec le temps. Nous travaillons en continu avec nos archéologues et le MCC pour déterminer les éléments ayant un intérêt historique et que nous pourrons réintégrer dans le bâtiment. Chaque matériau jugé sain est conservé, afin de minimiser les interventions de démantèlement.

L’un des grands défis de ce vaste chantier est donc de conserver au maximum les traces d’origine dans la stabilisation de l’édifice. Et pour y arriver, un travail de moine est réalisé afin de numéroter les pierres qui seront réintégrées au bâtiment. Fait à noter, les nouvelles pierres utilisées sont les mêmes que Chaussegros de Léry lui-même avait choisies pour la construction des Nouvelles-Casernes. Il s’agit du grès brun de la Côte-de-Beaupré et du calcaire de Saint-Marc. La continuité et la cohérence architecturale à travers le temps.

Chaque matériau jugé sain est conservé afin de minimiser les interventions de démantèlement.

Certains éléments des plans d’origine issus de notre documentation nous ont permis de valider les options architecturales dans la réalisation des plans et devis. Au fil de l’avancement des travaux, on remarquera la restauration de la structure à deux versants de la toiture originale du bloc 1, sans lucarne, qui sera recouverte de planches à clin de cèdre. Les éléments de planchers et les murs de refend seront soulignés grâce à une capucine et à des jambages en pierres taillées, un concept propre à l’architecture française de l’époque.  Les ouvertures faites dans la période industrielle seront modulées pour réintégrer les ouvertures initiales. Ainsi, la restauration extérieure du bloc 1 témoignera de sa construction originelle, propre à la Nouvelle-France.

Tout en conservant un langage commun, l’architecture des blocs 2 et 3 témoignera davantage de la présence anglaise dans la capitale, notamment par les lucarnes, la toiture en plaques de tôle et l’absence de jambage vertical en pierre taillée.

Perspectives des travaux des Nouvelles-Casernes de Québec.
Perspectives des Nouvelles-Casernes - Élévation Champ de parade, STGM Architectes

La maçonnerie extérieure des trois blocs situés à l’ouest des Nouvelles-Casernes sera protégée par un enduit cimentaire en trois parties dont la couleur finale est le blanc pour être cohérent avec l’aspect chaulé du bâtiment à l’origine. L’enveloppe extérieure s’harmonisera ainsi avec les autres bâtiments patrimoniaux du secteur, notamment la redoute Dauphine. 

Au maximum de l’effectif, le chantier mobilisera une quarantaine d’ouvriers. Les travaux de la phase 1 se poursuivront jusqu’à l’été 2019, puis les travaux de la phase 2 débuteront ensuite.

Vous êtes curieux? Le Soleil, le quotidien de Québec propose une capsule qui présente les travaux en cours. 
Consultez notre page info-chantier pour suivre l'avancement des travaux de stabilisation des Nouvelles-Casernes.

Vidéo : Travaux de stabilisation des Nouvelles-Casernes, Québec - Le Soleil, Quotidien.
Capsule réalisée par Le Soleil, le quotidien de Québec

Partagez: